X

Compagnie

MASH-UP PRODUCTION

Mash-Up Production

Pépinière à doux dingues

 

 

Dans un contexte d’état d’urgence culturel, Mash-Up Production, pépinière à doux dingues, naît d’une envie de foutre le bordel dans l’ordre établi, et de caler un peu de poésie dans le décor général.

 

A la croisée des langages, entre performance vidéo et théâtre, entre dispositifs sonores et adaptations tout-terrain, de l’écriture théâtrale contemporaine au classique en passant par la BD, Mash-Up mêle les disciplines, explose les codes, se frotte aux frontières. Et puis interroge l’espace de représentation.

 

Notre axe de recherche ? La vidéo-live.

Filmer en direct et diffuser en direct pour raconter le monde d’aujourd’hui. Ni tout à fait réalité, ni tout à fait fiction, comment l’image modifie-t-elle notre rapport au monde ? Le cinéma devient alors du théâtre, la boîte à images s’ouvre, le théâtre épouse le cinéma… et de cet heureux mariage sortent des créations hybrides qui ne cessent d’interroger notre rapport au média, au docu-fiction,à la « selfy’ctionnalisation », à la représentation de soi…

 

Les créations de Mash-Up, par extension, accordent une place importante à la notion de « dispositif ». A chaque création sa boîte à fabriquer, sa machine à rêver. Qu’elle soit vidéo, son ou lumière, elle permet d’entrer dans la création par un axe concret et technique qui vient guider le jeu, le comédien, la mise-en-scène. Le comédien fait corps avec le dispositif, la mise-en-scène l’épouse.

Dans notre conception du théâtre, technique et jeu contribuent de façon égale à la fabrique du spectacle.

 

PASSIF DE CREATION…

Mash-Up Production naît en janvier 2016 sous la direction d’Angélique Orvain. Aux prémisses, 3 ans de compagnonnage avec le Théâtre des Agités (Poitiers), directeur artistique Jean-Pierre Berthomier.Puis la rencontre artistique entre Nicolas Comte, vidéaste, et Angélique Orvain, autour d’un premier spectacle : Au Bord de Claudine Galéa. Cette première création mettait déjà en questionnement la notion de regard et de la médiatisation de soi dans un dispositif live aux allures de docu-fiction.20 Novembre, création 2016, naît avec le Théâtre des Agités lors du compagnonnage et est adopté par Mash-Up Production dans un second temps. Ici, nous poursuivons la recherche sur l’image en radicalisant l’utilisation de la vidéo et en s’extrayant des salles de théâtre. 20 Novembre développe un langage qui se rapproche du cinéma…Nicolas Comte et Angélique Orvain sont alors rejoints par François-Thomas Choppin de Janvry, Arnold Courset-Pintout, Elise Chamarre et Yoann Jouneau. Création soutenue par la Région Poitou-Charentes, le CNAR de Niort (anciennes Usines Boinot) et le Théâtre de Thouars. 
En septembre 2016, Mash-Up s’agrandit pour accueillir une nouvelle équipe de comédiens, musiciens, doux-dingues de la bidouille et de la technique. 
 

 

L’EQUIPE

 

ANGELIQUE ORVAIN // Dir. Artistique Mash-Up Production, metteuse-en- scène, comédienne, brouilleuse d'intentions

portrait Angelique Orvain.png Après avoir tenté de sauver le monde, accompagnée d’une poignée de doux rêveurs de l’extrême, Angélique change d’ambition. Elle fait plus simple.
Elle met une voiture sur un parking et des caméras à l’intérieur. Après la création de Au Bord de C.Galéa, 20 Novembre de L.Noren, mêle écriture cinéma et écriture dramatique, performance vidéo et théâtre de rue, et amène l’exigence de la boîte noire dans la rue, dans la nuit, là où on ne l’attend pas, pour qui ne l’attend pas.
Après des études au conservatoire de Poitiers suivies de 3 années de compagnonnage avec le Théâtre des Agités (Poitiers), 20 Novembre signe le début d’une nouvelle histoire, et la création d’une nouvelle compagnie : Mash-Up Production.
Mash-Up, pépinière à Doux Dingues, a pour mission de bordéliser le monde établi en le poétisant. Mission à haut risque d’où elle tentera de ressortir vivante.
Comédienne chez les transhumanistes (Cybers, Théâtre de l’Esquif, Niort), rêveuse et conteuse chez les poètes activistes (Epopées en Kit, Titartpetit, Poitiers), metteuse en scène de polar noir (Je vis sous l’œil d’un chien, Théâtre du Bocage, Bressuire), coupable d’ateliers théâtre multiples et variés (Lycée Branly à Châtellerault, Master Dramaturgie et Conservatoire, Poitiers) elle joue et se joue du monde qui nous berce, pour en faire de la fiction à outrance…

 

portrait Nicolas Comte.png

 
 
NICOLAS COMTE // Créateur vidéo et bidouilleur de l'extrême

Diplômé des Beaux-Arts en Octobre 2012, sa pratique est celle de la vidéo, et des questions qu’elle sous-tend. Menant, dans le champ de l’art contemporain, un travail d’installation, il travaille, depuis 2 ans, avec différents metteurs-en- scène, comme Anne Théron, Cyril Teste, Camilla Saracini ou encore Matthieu Roy, au travers de créations questionnant la relation entre l’individu et son – ses image-s.

 

 

 

portrait Sandrine Petit.png

SANDRINE PETIT // Comédienne et technicienne de la fiction

Elle se forme et déforme pendant 4 ans au conservatoire de théâtre de Poitiers et en 2009, obtient le DNOP. Formée au « texte », elle enrichit depuis son vocabulaire et explore des pratiques plus brutes et corporelles : improvisation avec Roberto Sierra et Stéphane Mayer, comédie accidentogène, burlesque avec Elise Ouvrier Buffet, clown avec Fred Robbe et Hélène Vieilletoile, tap dance avec Leela Petronio, stages de danse flamenco. Egalement autodidacte en chant et en musique, elle intègre souvent des formes hybrides.

Elle travaille avec La compagnie Sans titre sur le spectacle Gender conference, l’ADIV, La D’âme de compagnie. En musique, elle fait partie du Mmmhpfff trio, et de las Gabachas de la Cumbia.

En 2017, elle rejoint 3 compagnies en tant que comédienne : la HopHop compagnie, la compagnie de l’Homme debout et Mash-up. Elle s’amuse et s’émerveille du potentiel d’expressions à notre portée pour questionner le monde dans lequel nous vivons. En salle, en rue, en riant, en hurlant, en pensant, en pleurant, en chuchotant, en chutant, en chantant, mais toujours en jouant !

 

LEO BOULAY // Comédien et emmeneur de fantaisie

portrait Leo Boulay.png

Léo a suivi une formation de théâtre au conservatoire à rayonnement régional de Poitiers où il a passé son Diplôme National d’Orientation Professionnel.

Durant sa formation, il a collaboré avec de nombreux artistes comme Anne Théron, Thomas Condemine, Anton Kuznetsov, Yves Beaunesne, Jean-Pierre Berthomier, Didier Lastère, Mathieu Roy…

Au cours de cette formation, il a joué dans Chantier Macbeth de Mathieu Roy, La maladie de la famille M. de Fausto Paravidino mis en scène par Etienne Pommeret, Projection Privée de Remi De Vos mis en scène par Christine Joly, Au bal, au bal masqué par le collectif des Chiens de Navarre ou encore Solo Tchekov de Claire Lasne-Darcueil.

Par la suite, il a joué dans Espaces Insecables (pièce commune) mis en scène au Théâtre de la Bastille par Johanne Débat. Il joue également dans divers courts-métrage et fiction TV et se spécialise dans le théâtre d’improvisation qu’il enseigne sur Nantes. Il joue d’ailleurs dans plusieurs spectacles improvisés toujours sur Nantes.

 

PAUL AUDEBERT // Comédien et expérimentateur en tout genre

portrait Paul Audebert.png Paul Audebert est un jeune comédien sortant du conservatoire à rayonnement régional de Poitiers.

En juin 2016 il obtient son Diplôme National d'Orientation Professionnel théâtral.

En juillet et août il créé et interprète un spectacle de contes en déambulation dans un zoo (Zoodysée/79).

Il rejoint la compagnie Mash-Up (Poitiers/86) à l'automne 2016.

En janvier 2017 il rejoint également la compagnie Drôles de Zoiseaux (Saint-Julien du Puy/81).

 

 

 

portrait Natasha Quesnel.png NATACHA QUESNEL // Comédienne et interprètre en dinguerie

Formée pendant 6 ans au Conservatoire de Poitiers, elle obtient son DNOP en 2016. Avec la compagnie Le Théâtre des agités, elle est interprète dans Cet enfant de Joël Pommerat mis en scène par François Martel.

Elle travaille également comme interprète d'un monologue d'Agotha Kristof, La clé de l'ascenseur, avec les Drôles de Zoiseaux Cie dans le Tarn. Au sein de cette compagnie, elle fait aussi de la conception de spectacle (clown, théâtre d'ombre, théâtre).

 

 

 

JEREMY SECCO // Créateur vidéo à la dramaturgie aiguisée

portrait Jeremy Secco.png

Issu d'une formation pluridisciplinaire dans le domaine de l'art et de la création numérique, mon intérêt se porte principalement autour des médiums image animée et vidéo, terrains d'expérimentation infinis. Mon travail est nourri par de riches rencontres notamment avec Jean Rubak dans la réalisation de courts et moyens métrage d'animation, ainsi que Angélique Orvain, Matthieu Roy ou Ladislas Chollat dans le spectacle vivant (comédie musicale, concert) et le théâtre. Le regard est porté vers la création, manipulation et métamorphose des images dont le sens pourra refléter la pensée et l'impression d'un instant, d'une musique ou d'un lieu.

 
X

Spectacles

« 20 Novembre »

D’après : « 20 Novembre » de Lars Noren
Mise en scène : Angélique Orvain
Création : Avril 2016
Durée : 56 minutes

 

 

Polar noir au carrefour du cinéma d'extérieur et du théâtre, entre art de rue et art de plateau, 20 Novembre plonge le spectateur au cœur du cinéma et de la machine à images.
Sur un parking, de nuit, le thriller s’écrit sous ses yeux…

 

 

 

Lundi 20 Novembre. 6h58. 
Un parking. La nuit.
Le compte à rebours se met en marche.
S.Bosse attend l’ouverture des portes du lycée.
Dans 56 minutes, si sa montre déconne pas, si aucune autre montre déconne, là, ce sera l’heure…

 

 

Un gamin à vif cherche un responsable à sa souffrance.
Figure déchirée au bout d’un parking, déchaînée, révoltée, ombre d’elle-même, malade, fragile,
parfois drôle, souvent pathétique.
Il vient expliquer pourquoi, il cherche à comprendre, il veut mettre en mots.
Et il y a le Renault Scenic.
Puis le gamin entre dans la voiture et le cinéma arrive. S.Bosse vient rejouer son propre film, en direct, sous les yeux d’un auditoire, spectateurs impossibles, acteurs silencieux.
Les souvenirs émergent.
S.Bosse se met en cinéma.
Où est la réalité ? Où est la fiction ? Comment regarder ?

 


Nous jouons de nuit, dehors. Le lieu idéal : un parking, une cour d’immeuble, un terrain vague…
Les spectateurs font face à une façade sur laquelle est projeté le film que le comédien tourne en live (ou un écran si la disposition ne permet pas de projeter sur façade). Au loin, la voiture, un Renault Scenic, dans laquelle et autour de laquelle joue le comédien. Le spectateur fait le choix de regarder soit le direct « plateau », c'est-à- dire le parking ou erre le comédien, ou l’écran ou le comédien tourne en direct le film des évènements qui l’ont conduit à ce moment. (CF espace pro. pour télécharger le dossier pour plus de précisions).

 

Equipe artistique

 

« Sebastian’s Theme » 

 

Co-Production Théâtre des Agités, Poitiers / Mash’Up Production.
Avec le soutien du CNAR Poitou-Charentes et de la Région Poitou-Charentes.

 

Les soutiens et partenaires

Le 20 Novembre a été co-produit par le Théâtre des Agités.
Il bénéficie également des subventions de la Région Poitou-Charentes.
Le Théâtre de Thouars, le CNAR Poitou-Charentes et Passeurs d’Images sont partenaires du projet.

"20 Novembre" fait également partie du catalogue du Département de la Vienne pour l'année 2017

 

Quelques images ...

 
X

LES FILLES DU ROI LEAR

Tout Tient Encore Debout - Volet 1

Premier volet de la trilogie Shakespearienne de Mash-Up Production…

Création Novembre 2019

Mise-en-scene: Angelique Orvain

 

Nous avons besoin de folie. De folie et de cinglerie.

Nous avons besoin d’actes purement barrés, tarés, azimutés.

Nous avons besoin d’insensés, de furieux, de passionnés.

Nous avons besoin de dé-construction, de dés-orientation, d’anormités, d’anormalerie, d’énormismes, d’êtres a-genrés, d’individus dé-rangés et de gens dé-jantés.

De dinguerie.

Nous avons besoin de furieux, d’excessifs, d’a-normés, d’évincés et de dévisseurs

Nous avons besoin de vice, de licence et de superberie.

D’oseurs d’oseries qui osent pour oser.

Nous voulons de l’entièreté. De la désinvolture et de l’inconfort-misme.

Du gargantuisme et de la perversion.

Notre royaume pour la folie.

 

Nous avons besoin d’un théâtre de fou.

D’un théâtre de fou pour les fous.

D’un théâtre fou. de fou. pour les fous.

 

Notre royaume pour la folie.

 

Nous avons besoin d’êtres fous et non pas d’enfants sages.

 

 

 

Compositing04_Couple02.jpg    Sans titre.png

Synopsis

Le Roi Lear prend sa retraite.

Il décide de partager son royaume entre ses 3 filles.

A celle qui lui montrera le plus d’amour la plus grande part.

Gonéril, l’aînée, épouse du duc d’Albany, lui déclare un amour absolu et reçoit une part du royaume.

Régane, la seconde, épouse de Cornouailles, redouble de compliments et reçoit

une autre belle part du royaume.

Cordélia, la cadette, refuse de se prêter à ce jeu hypocrite.

Le Roi Lear est furieux et il la bannit.

Le Roi de France, touché par cette sensibilité et cette honnêteté, l’épouse.

Cordélia ainsi chassée devient reine de France.

Mais très vite, Gonéril et Régane se liguent contre leur père et le chassent.

Le voilà qui erre en pleine forêt alors que la tempête se lève, fou de douleur et de rage...

Le Roi de France apprête ses troupes pour venir lui prêter main forte...

 

Vidéo de tréteaux... dispositif et scénographie...

Natacha.jpg

Sur scène, un espace vide. Sol en damier. C’est l’espace du Fou, sorti de l’histoire, qui vient raconter aux spectateurs cette grande fable.

Sur scène, en périphérie, les comédiens-personnages. Chacun a son propre espace bien défini, sa lumière, son décorum, ses costumes.

Devant lui, une caméra.

Au dessus de la scène, en hauteur, 3 immenses cadres baroques équipés chacun d’une toile blanche. Ce sont des écrans de projection.

Sur chaque écran est « diffusé » le portrait d’un des personnages.

Le Fou raconte l’histoire qui commence à se dérouler, tel un roman-photo, dans ces cadres, alors que sur scène, les comédiens prennent la pause, interprètent plusieurs personnages, se changent, changent leur décor, tentent de suivre le mouvement...

Ça semble simple. Ça semble fonctionner.

Ce n’est que le début...

 

Calendrier de création :

Du 29 octobre au 4 novembre 2018 au Théâtre de Thouars
Du 14 au 23 Janvier 2019 à la Quintaine, Chasseneuil
Du 29 avril au 7 mai 2019 à la Quintaine, Chasseneuil
Autre semaine en cours
Sortie de création à la Passerelle, Nouaillé-Maupertuis / Novembre 2019 dans le cadre du Festival l'Auberge de la Grand'Route

 

Equipe Artistique

Metteuse-en-scène : Angélique Orvain

Comédien.ne.s : Paul Audebert, Sandrine Petit, Léo Boulay et Natacha Quesnel

Création Vidéo: Nicolas Comte et Jérémy Secco

Création Lumière et son: en cours...

Léo.jpg

Vidéo // Work-in-progress à la Passerelle en mai 2018 // 1/3

                       

X

​​Work in progress - Avril 2018 / La Grande Surface / Laval ​

Work in progress // La Grande Surface - Laval - Mai 2018

 

 

Zai Zai Zai Zai

Il s’agit ici d’un bordel généralisé.

D’un chantier de bric et de broc, d’un projet pro à la bidouille, d’un spectacle à la débrouille, d’un putsch créatif, de la re-mise en marche de notre machine à rêver, de nos anarchismes retrouvés.

Il s’agit ici d’un projet rebelle.

A l’image d’une institution culturelle qui flagelle, en réponse à l’essoufflement général, parce qu’on reste sur le champ de bataille.

Il s’agit ici d’un pari.

Le pari d’un projet à l’envers, d’un projet de travers, d’un plan B qui précèderait le plan A, d’une folie fédératrice, de multi-disciplinarité, de trans-frontalité, d’inter-culturalité… de tous ces gros mots qu’on a un peu usés à force de trop les gratter…

On va associer, mutualiser, partager, projeter, s’amuser.

On va décloisonner, démocratiser, bidouiller, s’engager.

On va créer ensemble, on va se marrer, on va se responsabiliser.

On va s’attrouper.

A force de se casser le nez sur des calendriers, à force dé-marcher sur les chemins protocolaires,

de processus en procédés de marcher à l’envers, à force d’avoir inversé les priorités, de s’être déversés dans les dossiers en –ion,  de subvention en communication, de médiation en diffusion - , à force de se faire les ongles aux portes des bureaux on a failli perdre le sens

On a failli se vider de nos idées

On a failli perdre le souffle

S’essouffler

Soufflé

Evaporé…

 

Il s’agit ici de retrouver le sens de nos métiers.

Remettre un tuteur au pied des rêves collectifs.

Redonner à rêver.

Et rester révolté.

 

P1010336.JPG

 

C’est l'histoire d'un homme qui fait ses courses sans sa carte de supermarché. Alpagué par le vigile, il s'enfuit à la force d'un poireau et commence une cavale à travers le pays. La presse s'empare de l'affaire, la police scientifique est sur le coup, le nom du fugitif est sur toutes les lèvres. Il devient l'ennemi public numéro 1. Psychose, fascination... face à ce qui s’apparente à un traumatisme national, les passions se révèlent. Chanteurs pops qui sortent un album en soutien à ce rebelle moderne, couples et foyers qui se divisent, débats d'experts dans la presse, propos fascisants, fascinations adolescentes et bienpensances citoyennes, éducation morale et réflexions existentielles, c'est la nation elle-même, touchée en son coeur, qui se déchire.

Portrait absurde et jubilatoire de notre société de la fidélité... Une BD aux allures de thriller, un road-movie haletant… c'est drôle, c'est jouissif, c'est déglingué…

Et c’est tout public…

 

MISE EN SCENE : Angélique Orvain

AVEC :

Paul Audebert

Pierre Bedouet

Bertrand Cauchois

Clara Frère

Florence Gerondeau

Jeanne Michel

Valentin Naulin

Lucie Raimbault

Amaury Romé

 

SORTIE 27 SEPTEMBRE 2018 à 20h30 // LA BLAISERIE - POITIERS

X

Atelier

 

AUTOUR DU SPECTACLE 20 NOVEMBRE

En parallèle de la présentation du spectacle dans les lycées, nous intervenons avec les classes pour proposer différents types d’interventions.

 

LES INTERVENTIONS PONCTUELLES

Le bord de scène // Rencontre-débat autour du spectacle

A la fin de la représentation, un temps d’échange est généralement prévu avec les élèves et les professeurs et l’équipe entière du spectacle. Autour d’une boisson chaude, nous pouvons échanger sur le spectacle, aborder les enjeux du texte, des problématiques portées par le personnage mais aussi s’interroger sur la dimension technique. Nous proposons également aux élèves qui le souhaitent une visite de la voiture dans laquelle se joue la pièce (espace très technique, entre lumière, vidéo, et son...)

 

Séance unique // 2h
METTRE EN SCENE...

Ex : Lycée r Bois d’Amour : Elèves 1res SEN. MAI 2016

Les élèves ont déjà lu le texte et en ont discuté avec leur professeur.
En 2 heures nous abordons les étapes de la création d’un spectacle. La séance s’ouvre sur une discussion-débat autour du texte, ses enjeux... Sous forme de « brainstorming », nous faisons une « dramaturgie » du spectacle.
Puis nous sélectionnons un extrait du texte que nous allons lire.
Ensemble, les élèves vont faire des propositions de « mise en scène » de cet extrait et réfléchir à l’espace de représentation, la place du public, la place de la technique, le décor, les codes de jeu... 
Le comédien de 20 Novembre, cobaye, se fait diriger par les élèves. Nous faisons un mini « laboratoire de recherche » autour de cette scène unique, réalisons différentes propositions et en discutons ensemble. 
Par la pratique, nous abordons ainsi les problématiques essentielles du texte.

 

Séance unique // 4h
LA TABLE MASH-UP. REALISATION DE BANDES ANNONCES. En partenariat avec Passeurs d’Image.

Ex : Lycée Jean Moulin, 2nd SEN. Thouars. AVRIL 2016

Après avoir vu le spectacle, après avoir donné leurs impressions et dégagé les thématiques et images fortes à leurs yeux, les élèves réalisent par petits groupes une bande annonce du spectacle. En partant de rush du spectacle (captation de juillet 2015), ils utilisent une table mash-up, outil interractif permettant de travailler en groupe autour d’un montage.
Les bande-annonces peuvent ensuite être diffusées dans le lycée.

 

TABLES RONDES – 3 SEANCES // 6 à 12h
LABORATOIRE DE RECHERCHE AUTOUR DE LA THEMATIQUE

Nous proposons à une classe de participer avec nous à la « dramaturgie » du spectacle. Le but est, pendant 3 séances, de mener une réflexion sur les problématiques abordées par la pièce. Ces tables rondes sont considérées comme un moment de partage et de débat, au cours duquel équipe artistique et élèves partageront des matières cinématographiques, articles de presse, références musicales, etc., pour discuter des problématiques de l’isolement, la souffrance chez les adolescents...
Les élèves auront la possibilité d’animer le débat suivant la représentation du spectacle 20 Novembre.

 

LES STAGES

Comment et pourquoi se raconter par la vidéo-live?
Aujourd'hui nous sommes matraqués d'images fixes et mobiles. Les jeunes la pratiquent quotidiennement. Ils ont déjà un rapport au cadre, au mouvement de caméra. En abordant la vidéo par le direct, le « live », on propose de reconsidérer la place et l'importance de l'image vidéo, de conscientiser le rapport réalité-fiction, de prendre du recul sur son pouvoir d'information, d'en faire un objet artistique et non plus anecdotique, de lui redonner une place "noble", d'en faire un nouveau terrain de jeu. On propose de devenir créateur en détournant les outils que nous avons à disposition.

 

Mini stage VIDEO et THEATRE // 15h

Ex : Lycée Bois d’Amour. Seconde Exploration. FEVRIER-MAI 2016
En groupes de 15 élèves, sur 3 ou 4 journées et/ou demi-journées

Mise en pratique autour du rapport à l’image, aux mouvements de caméra, aux illusions vidéo. Après avoir traversé les exercices de base video-live, devant la caméra, nous montons une courte séquence avec les élèves autour d’une écriture contemporaine. La dimension son est intégrée au travail.
La thématique peut-être choisie de concert avec les professeurs. Ici, nous travaillons le personnage dans le milieu urbain, avec pour appui L’extraordinaire tranquillité des choses (Hamelin, Levey, Malone et Simonot).
En fin de stage, une présentation de quelques minutes peut-être réalisée.

 

Stage VIDEO et THEATRE // 24h
LE SELFIE, LA REPRESENTATION DE SOI

Ex : Lycée Jean Moulin, Thouars. Seconde SEN. AVRIL 2016
Groupe de 15 à 20

Comment je me mets en scène, comment les autres me perçoivent, comment je me perçois moi-même. Suis-je mon propre selfie? Mon selfie m'est-il fidèle?
Nous explorons des pistes de réponse à ces questions par le travail de vidéo-live.
L'atelier varie autour de plusieurs pôles :

permettant aux élèves d'aborder jeu, technique, création.
Le but de cet atelier est de travailler collectivement pour parler de l'individu, se reposer sur le groupe pour parler de soi, et d'évoluer vers une recherche sur le selfie collectif.
Le stage se découpe en plusieurs temps :

 

Stage VIDEO et THEATRE PERFECTIONNEMENT // 1 semaine minimum
METTRE EN SCENE AVEC DE LA VIDEO-LIVE

Ex : Master Dramaturgie, Université de Poitiers, Janvier 2015
CEPI THEATRE, Conservatoire de Poitiers, Février 2016

Ce stage s’adresse à un public non débutant.
Il a pour objet de réfléchir à la place de la vidéo au théâtre. Pourquoi utiliser la vidéo-live, en quoi ce choix est-il essentiel, comment la traiter, en faire un objet à part entière, que nous raconte-t-elle ?
Après un temps de discussion et de dramaturgie, nous abordons en grand groupe les exercices de base de vidéo. Puis les étudiants sont amenés à faire des propositions de courtes-séquences.

 
X

Agenda

 

 

Nos prochains rendez-vous se cristallisent autour de la production de 2 spectacles : Zai Zai Zai Zai, adaptation de la BD éponyme de Fabcaro, sortie prévue en septembre 2018, et Les Filles du Roi Lear, adaptation de la pièce de Shakespeare, sortie prévue novembre 2019.

 

Les dates

 

Les résidences à venir

 

C’est passé…

 

 

 

X

Contact

Mash-Up Production
A l'Envers du Bocal

16 TER rue de la Regratterie
86000 Poitiers

Mail : cie.mashup.production@gmail.com
Tél.: 06.68.65.66.70

 

Réseau sociaux

facebook.png     artsdelascene.png  

 

 

 

Pro

Création  Tout Tient Encore Debout - Volet 1 :  Les filles du Roi Lear : dossier de production

  Icon Dossier Production Les Filles du Roi Lear (2,9 Mio)

 

 

Création Zai Zai Zai Zai : dossier de production

Icon Dossier Production Zai Zai Zai Zai (4,5 Mio)

 

Création 20 Novembre 

Dossier de présentation Icon Dossier présentation 20 Novembre.pdf (3,2 Mio)
Plan de configuration Icon plan 20 novembre.pdf (24,1 Kio)
Presse Icon L'esthétique du cinéma au théâtre - 06_04_2016 - La Nouvelle République Deux-Sèvres.pdf (198,4 Kio)

 

X

MENTIONS LÉGALES

Le site mashup-production.fr est édité par l'assocation Mash-Up Production

Son siège social est situé : 

A l’Envers du Bocal

16 rue de la Regratterie / 86000 Poitiers



Mail : cie.mashup.production@gmail.com 
Tél.: 06.68.65.66.70

Responsable de publication : ANGELIQUE ORVAIN
Directeur de publication : ANGELIQUE ORVAIN

 

Design :  Maxime SORIN
Conception :  Samuel SORIN
Hébergement :  AlwaysData